Une femme hors du commun, passionnée, au parcours étonnant.

Une jeune russe ukrainienne a été déportée dans un camp de concentration. Un jeune gars de Replonges (01), aussi. Ils se sont rencontrés, aimés, sont revenus de ce camp, se sont mariés et installés à Replonges. De leur union est née une petite Claudette. A 6 ans, la fillette commence à jouer du pipo, au foyer musical de Replonges. Puis persévère dans le domaine musical : « On jouait tous de l’accordéon, chez nous ! » Emotive, sentimentale, passionnée, la jeune fille continuera d’admirer sa mère, une artiste complète, qui pratique aussi bien la musique et le chant que la peinture ou la danse. Peu à peu, Claudette va s’investir dans l’animation de ce foyer musical, auquel toute sa famille participe. Elle y assure la mise en scène des ballets. Mais en 1985, elle s’installe à Bourg-en-Bresse. Et en 1998, Jean-Claude Mouroux, qui dirige le théâtre du Zodiaque, lui propose de participer à un film. Puis elle entre, à sa demande, dans sa compagnie. Son âme d’artiste exulte, son tempérament slave s’épanouit sur les planches ! En 2005, son mentor, fatigué, lui passe les rênes de la mise en scène. « Je n’y connais rien ! » se récrie-t-elle. Qu’à cela ne tienne, elle apprend. Deux ans plus tard, Jean-Claude Mouroux décède : la compagnie du Zodiaque expire avec lui. Claudette Verrieux ne peut imaginer que tout s’arrête, « comme ça ! » Un ami la provoque : « Reprends toi-même le flambeau ! » Finalement, elle se décide et fonde à son tour une compagnie. Mais comment l’appeler ? Une inspiration : ce sera « Clavachka », Claudette, en russe. A partir de là, plus rien ne l’arrête. Malgré les obstacles, les coups du sort, elle tient bon. Et chaque année, elle crée une pièce et tous les des décors. Il vient de plus en plus de monde aux représentations. En 2009, elle reçoit la médaille Art et culture de la Ville de Bourg. En 2011, elle passe sur TF1. Claudette Verrieux peut être spéciale, délirante, exubérante mais tellement sympathique. Et quel caractère ! Ce qu’elle veut, elle l’obtient ! « J’ai voulu remplir le Théâtre, on m’a dit que j’étais folle, je l’ai rempli. Cette année, j’ai dit que je voulais jouer à guichets fermés, on m’a dit que j’étais dingue, on a joué à guichets fermés. » Simple constatation, sobrement. C'est une artiste amateure et comme tous les membres de la troupe, elle a un métier et une passion.        

Claudette Verrieux - Cie Clavachka

                        

Claudette Verrieux : « J’ai toujours une pensée pour ma mère, artiste aussi. »